Download 3096 jours - Natascha Kampusch by Natascha Kampusch PDF

By Natascha Kampusch

Le 2 mars 1998, l. a. jeune Natascha Kampusch va pour l. a. premi?re fois ? l’?cole ? pied. Elle est enlev?e sur los angeles direction par Wolfgang Priklopil, un ing?nieur ?lectricien d’une trentaine d’ann?es. Elle r?ussira ? s’?chapper apr?s 3096 jours. Voici le r?cit de cette captivit? poor : pendant dix ans, elle restera enferm?e dans une pi?ce de five m?tres carr?es, l. a. plupart du temps dans le noir et pendant les six ann?es suivantes elle sera son esclave domestique. Sous le joug de l. a. violence et surtout d’un bad harc?lement psychique de son agresseur, elle r?ussira ? r?sister ? sa s?questration et ? s’enfuir. Un r?cit bouleversant et terriblement ?mouvant.Traduit de l'allemand par Olivier Mannoni et Le?la Pellissier

Show description

Read or Download 3096 jours - Natascha Kampusch PDF

Similar french books

La Mort Est Mon Métier

Examine : Roman historique.

Extra resources for 3096 jours - Natascha Kampusch

Example text

Ma mère avait prévenu la police la veille au soir. Ne me voyant pas revenir à la maison à l’heure convenue, elle avait d’abord appelé la garderie, puis l’école. Personne ne pouvait expliquer ma disparition. Le lendemain, la police lança une opération pour me retrouver. Je sais, pour l’avoir lu dans des journaux de l’époque, que des centaines de policiers accompagnés de chiens passèrent au peigne fin les environs de mon école et de ma cité. Ils ne trouvèrent pas le moindre point de repère susceptible de réduire le périmètre des recherches.

Quel cours donne-t-on à cette heure-là ? La grande récréation est-elle déjà terminée ? Quand ont-ils remarqué que je n’étais pas là ? Quand vont-ils comprendre que je ne viendrai pas du tout ? Vont-ils informer mes parents ? Comment vont-ils réagir ? Penser à mes parents me fit monter les larmes aux yeux. Mais je n’avais pas le droit de pleurer. Je devais être forte et garder le contrôle. Un Indien ne connaît pas la douleur – et puis demain, certainement, tout cela serait terminé. Alors tout irait bien.

Ma mère se précipiterait hors de la maison, pleurerait ma mort et comprendrait toutes ses erreurs. Oui, elle le ferait. Sans aucun doute. Bien entendu, je ne me jetai ni sous les roues d’une voiture, ni sous celles du tramway. Je n’aurais jamais voulu attirer à ce point l’attention sur moi. Je pris mon courage à deux mains, traversai la rue et remontai le Rennbahnweg en direction de mon école, située Brioschiweg. Le trajet me faisait emprunter quelques rues latérales tranquilles, jalonnées de petits pavillons des années 1950 aux modestes jardinets.

Download PDF sample

Rated 4.64 of 5 – based on 18 votes